AFP

Afghanistan USA conflit politique gouvernement défense,PREV 11 Şubat 2019 - 14:14

L'intervention des Etats-Unis en Afghanistan depuis 2001 (CHRONOLOGIE) Kaboul, 11 fév 2019 (AFP) - Rappel des principales étapes de l'intervention militaire des États-Unis en Afghanistan, où le chef du Pentagone par intérim Patrick Shanahan se trouve lundi, alors qu'Américains mènent depuis l'été dernier des discussions directes pour tenter de mettre un terme à plus de 17 ans de guerre. - Guerre contre le "terrorisme" - Le 7 octobre 2001, moins d'un mois après les attentats du 11-Septembre aux Etats-Unis, le président américain George W. Bush lance une vaste offensive militaire en Afghanistan, après le refus du régime taliban de livrer le chef d'Al-Qaïda, Oussama Ben Laden. Quelques semaines suffiront à la coalition occidentale menée par Washington pour renverser les talibans. Outre l'opération aérienne, les Etats-Unis soutiennent l'avancée des Afghans de l'Alliance du Nord au moyen d'équipes paramilitaires de la CIA et de forces spéciales. Quelque 1.000 soldats américains sont déployés en novembre. Ils seront environ 10.000 l'année suivante. - Une guerre oubliée - La guerre en Irak en 2003 détourne l'attention de Washington de l'Afghanistan. Les talibans et d'autres groupes islamistes réapparaissent dans leurs bastions du sud et de l'est, d'où ils peuvent gagner les sanctuaires des zones tribales pakistanaises. En 2008, le commandement américain sur place réclame des moyens humains pour mener une réelle stratégie de contre-insurrection. Quelque 48.500 militaires sont envoyés sur le sol afghan. - Un pic de 100.000 hommes - En 2009, dans les premiers mois de la présidence de Barack Obama, élu sur la promesse de mettre fin aux deux guerres d'Irak et d'Afghanistan, le nombre de soldats américains avoisine 68.000 hommes. Le 1er décembre, Barack Obama annonce l'envoi de 30.000 soldats supplémentaires, afin de briser l'élan des talibans et de renforcer les institutions afghanes. La présence militaire étrangère culminera en 2012 avec plus de 150.000 hommes déployés, dont 100.000 Américains. - Mort de Ben Laden - Dans la nuit du 1er au 2 mai 2011, Oussama Ben Laden est tué lors d'une opération des forces spéciales américaines sur sa résidence à Abbottabad, au Pakistan, où il vivait caché. - Fin des opérations de combat - En 2014, l'Afghanistan signe un accord de sécurité bilatéral avec les États-Unis et un texte similaire avec l'Otan: 12.500 soldats étrangers, dont 9.800 Américains, resteront dans le pays en 2015, après la fin de la mission de combat de l'Alliance atlantique. Les troupes américaines sont chargées de la poursuite d'"opérations antiterroristes contre les restes d'Al-Qaïda" et de l'entraînement des forces afghanes. Fin décembre, la mission de combat de l'Otan prend fin, remplacée par une mission d'assistance baptisée "Soutien résolu". Mais la situation sécuritaire se détériore nettement. En 2016, Barack Obama annonce le maintien de 8.400 soldats jusqu'à 2017. - Un hôpital de MSF bombardé - Le 3 octobre 2015, en plein combat entre insurgés islamistes et armée afghane, soutenue par les forces spéciales de l'Otan, un avion des forces spéciales américaines bombarde l'hôpital de Médecins sans frontières (MSF) à Kunduz (nord). Bilan: 42 morts. - 2017: Méga-bombe contre l'EI - Le 13 avril 2017, les forces américaines larguent la plus puissante de leurs bombes conventionnelles contre un réseau de tunnels et de grottes emprunté par le groupe État islamiste (EI) dans l'est, faisant 96 morts dans les rangs jihadistes. - Nouvelles troupes - Le 21 août 2017, le président Donald Trump, opérant une volte-face par rapport à de précédentes déclarations, annonce que les forces américaines resteront en Afghanistan jusqu'à nouvel ordre. Des milliers de soldats sont envoyés en renfort. En dépit de cette nouvelle stratégie censée amener les talibans à la table des négociations, les mois suivants sont marqués par une intensification d'attaques meurtrières, notamment contre les forces afghanes. Les Etats-Unis multiplient eux aussi multiplier les frappes aériennes contre les insurgés. - Pourparlers - A l'été 2018, Washington et des représentants des talibans engagent discrètement des discussions directes à Doha, où le groupe dispose d'un bureau politique. En décembre, le président américain annonce son intention de retirer la moitié des 14.000 soldats américains déployés en Afghanistan. - "Sur la bonne voie" - Après six jours de négociations fin janvier 2019, l'émissaire américain Zalmay Khalilzad affirme que les négociations sur la paix sont "sur la bonne voie", mentionnant une "ébauche" d'accord. Parallèlement, le président afghan Ashraf Ghani appelle les talibans à "engager des pourparlers sérieux" avec le gouvernement de Kaboul, mais le groupe insurgé refuse obstinément de discuter avec ceux qu'il qualifie de "marionnettes" de Washington. bur-acm-kd/ber/lab/mra

76. Sayı