AFP

Allemagne Syrie défense diplomatie OTAN Turquie politique 22 Ekim 2019 - 17:24

Allemagne: controverse autour d'une initiative sur la Syrie =(Photo)= Berlin, 22 oct 2019 (AFP) - La ministre allemande de la Défense a proposé la mise sur pied d'une zone sécurisée internationale dans le Nord-Est de la Syrie après l'offensive turque, qui a suscité immédiatement la controverse au sein de son propre gouvernement. Annegret Kramp-Karrenbauer, qui préside par ailleurs le parti conservateur de la chancelière Angela Merkel, a justifié dans plusieurs médias cette initiative par la nécessité de "poursuivre la lutte contre (l'organisation) Etat islamique". Elle a également mis en avant la nécessité de participer à la reconstruction de la région afin que les gens qui ont fui les exactions commises par le groupe EI puis devant l'avancée des troupes turques "puissent rentrer chez eux". Problème: cette initiative n'avait manifestement pas été préparée de concert avec le partenaire social-démocrate (SPD) de la coalition gouvernementale allemande, traditionnellement beaucoup moins allant en matière de missions militaires à l'étranger. Le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas, membre du SPD, a ainsi accueilli mardi la proposition avec réserve. "Il y a aussi et cela est incontestable une certaine confusion parmi nos partenaires" après cette proposition, a-t-il indiqué. L'Allemagne est jusqu'ici restée très en retrait dans le conflit syrien. Et de toute façon "en raison de la situation actuelle (dans le Nord-Est de la Syrie), il n'y a pas de discussion entre les partenaires (de l'Otan) sur la mise sur pied d'une zone sécurisée internationale", a-t-il ajouté. Le chef de la diplomatie allemande a regretté d'avoir été informé de cette initiative par un simple sms de sa collègue de la Défense. "La diplomatie du sms (...) conduit rapidement à la diplomatie du SOS", a-t-il raillé. M. Maas a aussi rappelé l'échec d'une précédente initiative concernant une zone sécurisée internationale notamment lors des combats intenses à Alep fin 2016 qui ont tout particulièrement frappé les civils. La ministre de la Défense, surnommée par ses initiales AKK, devrait selon lui débattre de son initiative "dans le cadre de l'Otan dans les prochains jours". Ankara a lancé le 9 octobre une offensive contre des combattants kurdes dans le Nord-Est de la Syrie à la suite de l'annonce du retrait militaire américain de la région. La Turquie, qui réclame une "zone de sécurité" à sa frontière, a depuis suspendu son offensive à la faveur d'une fragile trêve négociée entre Américains et Turcs. yap/ylf/sg

79. Sayı