AFP

Liban USA politique diplomatie armée conflit 15 Eylül 2019 - 10:09

Brève escale au Liban d'un navire de guerre américain =(Photo)= Beyrouth, 15 sept 2019 (AFP) - Un navire de guerre américain, le destroyer USS Ramage, a fait une brève escale au Liban, a rapporté dimanche l'ambassade des Etats-Unis à Beyrouth, dans un contexte de tensions régionales accrues. Le Ramage, un navire capable d'intercepter des missiles balistiques, a effectué samedi une visite d'un jour au port de Beyrouth, "en marge de sa participation aux efforts en cours pour assurer la liberté de navigation et le libre-échange en Méditerranée orientale", d'après un communiqué. Des "responsables américains et libanais" ont été conviés à une réception à bord du navire, selon le communiqué. L'ambassadrice des Etats-Unis Elizabeth Richard et le vice-amiral James Malloy ont souligné "l'engagement des Etats-Unis" à être "un partenaire solide" de l'armée libanaise, "dans l'objectif de renforcer la coopération militaire et de promouvoir la sécurité et la stabilité dans la région", selon le texte. "Ce remarquable navire américain, amarré dans cette remarquable ville libanaise, en dit long sur le partenariat entre les armées américaine et libanaise", a souligné l'ambassadrice, citée par le communiqué. Les Etats-Unis sont engagés dans un bras de fer régional avec l'Iran et son allié libanais, le mouvement chiite du Hezbollah, frappé de sanctions américaines et classé organisation "terroriste" par Washington. Le Hezbollah, un poids lourd de la vie politique libanaise, est représenté au gouvernement et au Parlement. Il est militairement impliqué dans le conflit en Syrie voisine en soutien au régime de Damas, au côté de Téhéran. En juillet, le gouvernement américain a pour la première fois pris des sanctions contre des députés du Hezbollah au Liban. Fin août, il a sanctionné une banque libanaise, Jammal Trust, qu'il a accusée de fournir des services bancaires à ce mouvement chiite. L'escale du navire américain intervient dans un contexte de tensions accrues entre le mouvement chiite et l'Etat hébreu, une escalade qui a culminé par des échanges de tirs limités à la frontière le 1er septembre. tgg/hj

78. Sayı