AFP

épidémie virus USA santé pandémie tourisme transport mer,PREV 2 Nisan 2020 - 20:09

Coronavirus: le Zaandam s'approche de la Floride, où il espère enfin débarquer (PAPIER D'ANGLE) Par Leila MACOR Fort Lauderdale (Etats-Unis), 2 avr 2020 (AFP) - Le navire de croisière Zaandam, qui a erré pendant des jours sans pouvoir accoster dans plusieurs ports parce qu'il transporte des passagers atteints du coronavirus, s'approchait jeudi de la côte sud de Floride, où il a reçu une autorisation "conditionnelle" pour débarquer. Le bateau, qui a aussi quatre morts à son bord, a toutefois encore besoin de la confirmation finale des autorités locales, selon un responsable américain. Le Zaandam espère s'amarrer à Port Everglades, dans la région de Fort Lauderdale, après avoir été rejeté par plusieurs pays d'Amérique latine. Son sort a fait l'objet de difficiles négociations en Floride. Le gouverneur de cet Etat où résident de nombreux retraités, Ron DeSantis, s'était d'abord opposé à son arrivée, affirmant qu'il ne voulait pas se voir "refourguer" des malades qui épuiseraient les ressources locales face au Covid-19. Il a depuis fait marche arrière, disant à la chaîne Fox News qu'il ne s'était pas rendu compte que des Américains se trouvaient à son bord. Et le président américain Donald Trump a reconnu la nécessité d'évacuer les passagers. "Nous devons aider les gens. Ils sont dans le pétrin", a-t-il lancé, annonçant par ailleurs que les Britanniques et les Canadiens parmi eux seraient évacués. L'épidémiologiste Anthony Fauci, chargé de conseiller la Maison Blanche sur le coronavirus, a lui aussi pesé sur le sujet. "Il faut prendre soin des gens malades. On a juste l'obligation de le faire. Et le plus vite possible", a dit l'expert, en appelant à l'évacuation des personnes saines. - "Rentrer chez nous" - Un responsable local, Michael Udine, a indiqué jeudi sur Twitter qu'une commission composée de membres des autorités locales, des garde-côtes et des autorités sanitaires avait approuvé de manière "conditionnelle" le plan de débarquement proposé par Carnival, propriétaire de la compagnie de croisières Holland America, qui exploite le Zaandam et le navire envoyé à sa rescousse avec notamment des vivres, du personnel et des tests de dépistage du Covid-19, le Rotterdam. Quelque 400 passagers sains ont été transférés du Zaandam vers le Rotterdam. "Le document final sera publié ce matin" (jeudi), a écrit Michael Udine, l'un des responsables du comté de Broward, dont fait partie Fort Lauderdale. "Pour l'instant, les bateaux restent à l'extérieur des eaux américaines. Hâte de voir un plan sécurisé pour tous". Quatre personnes sont mortes sur le Zaandam. Les causes de leur décès n'ont pas été divulguées et depuis le 22 mars, plus de 200 passagers et membres d'équipage ont eu des symptômes similaires à ceux de la grippe, selon la compagnie Holland America. Neuf personnes à bord ont été testées positives au nouveau coronavirus, selon Carnival. Les deux navires transportent 1.243 passagers, dont 305 Américains et 257 Canadiens, et 1.247 membres d'équipage. Selon le plan de débarquement, environ 1.200 personnes qui ne sont pas malades pourraient rentrer chez elles en avion. Elle seraient transportées dans des véhicules "désinfectés, avec des contacts limités entre personnes, et elles porteraient des masques", a expliqué Holland America mercredi. Quelque 45 personnes présentant des symptômes légers resteraient à bord à l'isolement jusqu'à guérison. Et celles qui ont besoin d'une assistance médicale cruciale -- estimées à "moins de 10" -- seraient débarquées pour être soignées localement. La situation désespérée à bord du Zaadam a été très médiatisée, mais d'autres paquebots cherchent eux aussi à entrer dans Port Everglades. Le Zaandam, qui a quitté Buenos Aires le 7 mars, devait finir son voyage au Chili le 21 mars, mais a dû changer de trajectoire à cause du virus. "Plus les gens restent ici, plus les risques qu'ils tombent malades augmentent", a dit à l'AFP Rick de Pinho, qui se trouve à bord du Rotterdam. "Ces bateaux ne peuvent pas continuer à voguer comme ça. Les gens veulent rentrer chez eux. Nous allons bien, nous ne sommes pas malades. Nous voulons juste rentrer chez nous", a-t-il plaidé. lm-sst-iba/sdu

85. Sayı