AFP

Chine épidémie santé virus transport aviation vaccins OMS,PREV CORRECTION 24 Ocak 2020 - 17:55

CORRIGÉ: Quarantaines et cordons sanitaires, recettes anciennes pour grandes épidémies (REPERES) Par Olivier THIBAULT ATTENTION - CORRECTION: Revoici avec date corrigée au troisième paragraphe pour la quarantaine à Bombay /// Paris, 24 jan 2020 (AFP) - Peste, choléra et fièvre jaune : c'est en réponse aux grandes épidémies que quarantaines, dès le Moyen-Age, puis cordons sanitaires ont été inventés et régulièrement appliqués, comme c'est encore le cas en Chine face à l'avancée du nouveau coronavirus. - Avant Wuhan, des précédents? - Les mesures de limitation de mouvements dans la région de Wuhan, métrople de 11 millions d'habitants du centre de la Chine, affectent la vie quotidienne de plus de 40 millions de Chinois. "Ces quarantaines sont à l'échelle de la population chinoise. Hors le Sras (syndrôme respiratoire aigu sévère) en 2003, il n'y a rien qui puisse approcher le gabarit de cette opération. Sauf peut-être la quarantaine de Bombay frappé par la peste en 1898", explique à l'AFP Patrick Zylberman, spécialiste d'histoire de la santé à l'École des hautes études en santé publique (EHESP). Plus récemment, lors de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest (2013-2016), des mesures de fermeture de frontières, de confinement et de quarantaine ont été imposées à plusieurs reprises. Ainsi, les six millions de Sierra-Léonais ont été contraints de rester chez eux pendant trois jours en septembre 2014 puis à nouveau en mars 2015. Ce "confinement général" visait à stopper l'épidémie. - Quarantaine ou cordon sanitaire? - Une quarantaine est un isolement provisoire imposé à des personnes, navires ou animaux provenant d'un pays infecté par une maladie contagieuse, selon la définition du dictionnaire Larousse. Le cordon sanitaire correspond, lui, à des postes de surveillance pour contrôler et bloquer les entrées ou sorties d'une zone atteinte par une épidémie. Dans le cas de l'épidémie chinoise, c'est l'équivalent d'un immense cordon sanitaire qui est installé autour la région de Wuhan. - Naissance de la quarantaine - C'est pour se protéger de la peste qu'apparaissent aux 14e et 15e siècles les premières mesures documentées d'isolement des navires provenant de zones infestées, à Dubrovnik (Croatie) en 1377 puis à Venise (Italie) à partir de 1423. La durée imposée de l'isolement, 40 jours, détermine le mot "quarantaine". Les établissements qui accueillent les équipages confinés portent le nom de lazaret : déformation du nom de l'îlot dans la lagune vénitienne où accostait les navires, Santa Maria di Nazaret, ou bien référence au lépreux de la Bible, Lazare. Les quarantaines sont ensuite régulièrement adoptées en Europe lors d'épidémies jusqu'à la grande pandémie de choléra qui touche le continent dans les années 1830. - Apparition du cordon sanitaire - Le terme "cordon sanitaire" naît en France au 19e siècle lorsqu'en 1821 Paris envoie 30.000 soldats pour bloquer la frontière avec l'Espagne, afin d'empêcher la diffusion d'une épidémie de fièvre jaune. Mais bien avant cette date, des barrières sanitaires ont parfois été instaurées lors de grandes épidémies de peste, rappelle Tom Solomon. Ce spécialiste britannique des maladies émergentes à l'Université de Liverpool cite "l'exemple fameux" de l'isolement volontaire en 1665 du village d'Eyam (Angleterre) après un cas de peste pour éviter de contaminer le reste de la région. Dans le sud-est de la France, un "mur de la peste" est érigé dans le Vaucluse en 1721 sur 27 kilomètres pour protéger la région du Comtat Venaissin de la peste qui sévit alors à Marseille et en Provence. - Efficacité en question - Les mesures de restriction des mouvements peuvent s'avérer "contre-productive", engendrant panique et incitant des personnes à fuir coûte que coûte, souligne Tom Solomon. Elles peuvent aussi conduire à des troubles sociaux graves comme ce fut le cas à Bombay lors de l'épidémie de peste à la fin du 19e siècle en raison d'hospitalisations forcées d'hommes et de femmes sans distinction de caste, explique Patrick Zylberman. Plus proche de nous, l'épidémie de Sras en Chine a engendré en 2003, émeutes et manifestations violentes dans les régions de Nankin et Shanghai (est) à la suite de quarantaines brutales, indique cet historien dans son essai "Tempêtes microbiennes". ot/ber/lb

82. Sayı