AFP

Irak USA armée Iran crise,PREV 15 Ocak 2020 - 14:39

Déroulement de l'attaque iranienne sur la base irakienne d'Aïn al-Assad (ENCADRE) Bagdad, 15 jan 2020 (AFP) - Des soldats américains, parmi les 1.500 déployés dans la base aérienne d'Aïn al-Assad en Irak, sont revenus auprès de l'AFP sur le déroulement de l'attaque de missiles iranienne qui l'a ciblée il y a une semaine. - Mardi 7 janvier - 21h00 : les hauts gradés américains d'Aïn al-Assad informent les commandants qu'une attaque de la base est prévue dans la nuit. "Le plan était que tout le monde entre dans les bunkers à 23h00", raconte l'adjudant-chef Mike Pridgeon. 22h00 : l'armée de l'air a pensé à autre chose. "J'ai fait partir la moitié de mes hommes dans des avions. C'était notre façon de penser sur le coup" pour mettre à l'abri une partie des troupes, a dit la lieutenant-colonel Staci Coleman. Des centaines d'aviateurs ont ainsi été, selon elle, transportés par avion vers un autre endroit --qu'elle n'a pas précisé-- et sont revenus à la base environ 20 heures plus tard, bien après la fin de l'attaque. 23h00 : les troupes restées sur place entrent dans des bunkers et attendent. "On était serré comme des sardines là-dedans", décrit à l'AFP le soldat Alex Bender. - Mercredi 8 janvier - 01h35 : si la plupart des soldats sont à l'abri dans les bunkers, d'autres sont positionnés dans des tours de garde pour repérer toute éventuelle attaque terrestre accompagnant les tirs de missiles. Ils aperçoivent les premiers signaux lumineux dans le ciel. 01h42 : une deuxième salve de missiles frappe. "Celle-là m'a bien secoué", même dans le bunker, confie l'adjudant-chef Pridgeon. "J'ai reçu un choc violent. Cinq ou six missiles sont arrivés et on pouvait voir les traînées de flammes orange" dans le ciel et sur le sol, à travers une fenêtre d'observation blindée. "On a eu trois ou quatre missiles en une minute et demi", se souvient-il. 02h06 : une troisième vague arrive. "C'est la chose la plus effrayante que j'aie jamais vécue", dit le soldat Eliot Toledo, qui se trouvait à un poste de garde. Vers 04h00 : après une longue accalmie, les troupes sont autorisées à quitter leur bunker et à procéder à une première évaluation des dégâts. Une frappe a pulvérisé un quartier d'habitation, en feu. L'aérodrome est parsemé de cratères. 07h00 : le soleil se lève et les troupes se détendent. 09h00 : l'équipe de surveillance des drones de l'armée peut enfin faire atterrir le dernier des drones qui ont volé pendant toute l'attaque. Vers midi : le nettoyage commence, ainsi que l'analyse du terrain et des débris pour glaner le plus d'informations possibles sur l'attaque. Au moins 14 lieux d'impact sont recensés et plusieurs engins qui n'ont pas explosé sont récupérés pour être examinés. mjg/dwo/par/aem/vl

81. Sayı