AFP

Pakistan Inde Cachemire armée conflit 26 Şubat 2020 - 22:07

Un an après des combats aériens avec l'Inde, le Pakistan met en scène sa "fierté" pour son armée Islamabad, 26 fév 2020 (AFP) - Le Pakistan a mis en scène mercredi son attachement pour sa puissante armée un an après de premiers combats aériens avec l'Inde depuis des décennies, son Premier ministre soulignant "la fierté" de la nation envers ses militaires. Alors que l'armée de l'air pakistanaise a sorti une chanson spéciale pour marquer l'évènement, le gouvernement a organisé une cérémonie, où des hauts gradés occupaient le premier rang. "Nous sommes fiers de nos forces armées et nous leur faisons pleinement confiance. (...) Le général Bajwa (chef d'état-major des armées, NDLR) et le chef des forces aériennes n'étaient pas nerveux", a déclaré le Premier ministre Imran Khan. "Le monde a reconnu la façon dont les forces armées ont répondu", a-t-il ajouté. La presse a été transportée dans le village de Horran, au Cachemire pakistanais, où un chasseur indien s'était écrasé après avoir été abattu par un avion pakistanais le 27 février 2019. Les deux puissances nucléaires se livraient alors leurs premiers combats aériens depuis des décennies. Le pilote de l'avion, le lieutenant-colonel Abhinandan Varthaman, avait été capturé. Il avait été remis quelques jours plus tard à l'Inde, permettant d'apaiser les tensions. Huit mois après les faits, New Delhi avait aussi reconnu avoir abattu le même jour l'un de ses propres hélicoptères, tuant ses six occupants. Pakistan et Inde présentent toutefois l'incident comme une victoire. Une statue grandeur nature du lieutenant-colonel Varthamana a été installée en novembre dans un musée militaire pakistanais. La sculpture, qui symbolise un "trophée de guerre", selon un officier pakistanais, avait provoqué la colère en Inde où le pilote est devenu un héros national. L'Inde et le Pakistan revendiquent tous deux le Cachemire, un territoire himalayen majoritairement peuplé de musulmans. Les combats de février 2019 avaient fait craindre un nouveau conflit entre les deux voisins, qui se sont déjà livré trois guerres, dont deux pour le Cachemire. Le 26 février 2019, New Delhi avait affirmé avoir bombardé un camp d'entraînement d'extrémistes dans le nord du Pakistan, en représailles à un attentat-suicide commis deux semaines plus tôt au Cachemire indien, qui avait tué plus de quarante paramilitaires indiens. Un correspondant de l'AFP n'avait toutefois constaté sur place qu'un cratère profond d'environ deux mètres et quelques arbres abattus. Le Pakistan avait ensuite déclaré vouloir poursuivre l'Inde pour "terrorisme écologique" pour les "dommages infligés à la nature". zz-jf/mr

84. Sayı