AFP

Pakistan armée justice 27 Ocak 2020 - 16:40

Pakistan : arrestation du leader d'un mouvement de droits civiques critique envers l'armée Peshawar (Pakistan), 27 jan 2020 (AFP) - Le leader d'un mouvement de défense de la minorité pachtoune très critique envers la puissante armée pakistanaise a été arrêté dans la nuit de dimanche à lundi, a-t-on appris de source policière. Manzoor Pashteen, un ancien étudiant en médecine vétérinaire, "a été arrêté vers minuit et présenté à un juge aujourd'hui", a déclaré à l'AFP Shiraz Khan, un policier de Peshawar, la capitale du Nord-Ouest, où l'interpellation a eu lieu. Le leader du PTM était recherché pour sédition, discours haineux, incitation à la violence contre l'Etat et conspiration criminelle, a-t-il poursuivi. Mohsin Dawar, un député du PTM, a confirmé l'arrestation à l'AFP. Lors d'une conférence de presse, il a ensuite annoncé des manifestations "non violentes" dans les principales villes du Pakistan. Manzoor Pahsteen est "arbitrairement détenu pour avoir exercé ses droits à la liberté d'expression", a tweeté Amnesty international, qui a réclamé sa libération "immédiate et sans condition". "C'est notre punition pour réclamer nos droits de manière pacifique et démocratique", a également tweeté M. Dawar, qui avait lui même été emprisonné pour meurtre et terrorisme pendant près de deux mois l'été dernier puis libéré sous caution. Mohsin Dawar et un autre député du PTM étaient accusés d'être impliqués dans un affrontement entre des sympathisants du PTM et des militaires en mai. L'incident, survenu près de la frontière afghane, dans les zones tribales du Pakistan, avait fait 14 morts, selon les autorités pakistanaises. Ces affrontements - le PTM affirme que l'armée a tiré sur un rassemblement non violent de ses sympathisants - faisaient suite à des mois de tensions croissantes entre le mouvement pachtoune et l'armée pakistanaise, après que celle-ci eut mis en garde à plusieurs reprises ce mouvement, qu'elle dit à la solde des services de renseignement étrangers, notamment afghans. Le président afghan Ashraf Ghani, sur Twitter, s'est dit "préoccupé" lundi par l'arrestation de Manzoor Pashteen, appelant également à sa "libération immédiate". Depuis son apparition début 2018, le PTM a multiplié les manifestations pacifiques durant lesquelles ses leaders ont fortement critiqué la puissante armée, une ligne rouge à ne pas franchir au Pakistan. Le PTM affirme que les militaires ont tué et fait disparaître des milliers de Pachtounes au cours d'opérations entre 2008 et 2014 contre des groupes extrémistes qui s'étaient réfugiés dans les zones tribales pakistanaises après la chute des talibans en Afghanistan en 2001, ce que l'armée nie. Le PTM accuse également les militaires d'avoir fourni des bases à certains de ces groupes extrémistes. Des critiques faisant écho à des accusations récurrentes de Washington et de Kaboul. Les Pachtounes représentent environ 15% de la population pakistanaise. Ils sont majoritaires dans les zones tribales. sjd/st/fox/jf/avz

82. Sayı