AFP

santé épidémie virus confinement Nigeria armée violences 2 Nisan 2020 - 21:24

Nigeria/coronavirus: assassinat présumé par l'armée d'un homme sorti malgré le confinement Warri (Nigeria), 2 avr 2020 (AFP) - Un jeune homme ayant pris sa voiture a été probablement tué par les forces de sécurité chargées de faire respecter le confinement pour stopper la propagation du coronavirus à Warri, dans le sud-est du Nigeria, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. "Le gouvernement de l'Etat du Delta a demandé l'ouverture d'une enquête sur le meurtre présumé d'un homme de 28 ans, Joseph Pessu, à Warri jeudi par les forces de sécurité en patrouille régulière", a déclaré à l'AFP le ministre de l'Information de l'Etat, Charles Aniagwu. "Les autorités militaires ont été contactées pour enquêter sur ce qui a conduit au meurtre de la personne décédée", a-t-il dit, demandant "à la population de garder son calme". Selon Weyinmi Agbateyiniro, président du Conseil national de la jeunesse d'Itsekiri, groupe ethnique dont était issu Joseph Pessu, le jeune homme traversait une route pour aller chercher son père malade à l'hôpital "lorsqu'il a été arrêté par des soldats de l'armée nigériane". "Avant qu'il ne puisse arrêter complètement la voiture, les soldats avaient déjà tiré dans l'un des pneus (...). Malgré cela, il est sorti et a exigé des explications mais l'un d'eux a immédiatement ouvert le feu sur lui", a poursuivi M. Agbateyiniro. "Il est mort sur place", a-t-il précisé, demandant des sanctions aux autorités militaires et dénonçant un "assassinat gratuit". L'armée n'avait pas encore réagi à ces accusations jeudi soir, qui ont provoqué l'indignation de nombreux responsables politiques locaux et d'habitants de la ville, qui ont réagi en installant des barricades dans leurs quartiers, dont les vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux nigérians. Le vice-président du Sénat régional, Ovie Omo-Agege, a condamné un "assassinat extra-judiciaire", affirmant que si "tout le monde a les nerfs a vif avec le confinement lié au coronavirus, il existe de meilleures façons de faire appliquer les directives aux Nigérians sans recourir à la violence". L'armée et les forces de sécurité nigérianes sont régulièrement accusées d'exactions et d'assassinats extra-judiciaires sur les civils par les associations de défense des droits de l'homme. Le confinement obligatoire décrété dans plusieurs États de la fédération comme Lagos la mégapole économique du sud-ouest, la capitale Abuja ou encore l'Etat du Delta est extrêmement difficile à faire respecter dans le pays le plus peuplé du continent africain avec 200 millions d'habitants dont une grande majorité de pauvres travaillant dans le secteur informel. str-cl/jpc

85. Sayı